Commission Écologie Justice climatique

La Commission écologie – justice climatique, établie par le Conseil en octobre 2017, est une commission nouvelle. L’année 2018, à de nombreux égards, a poursuivi la dynamique de l’année passée : il s’agissait pour la commission de prendre ses marques et de creuser les sillons ouverts, plus que d’investir de nouveaux chantiers.
Deux éléments contextuels ont cependant déterminé des spécificités. D’une part, l’actualité politique et scientifique, de la démission de Nicolas Hulot à la publication du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sur le réchauffement de 1,5 °C, ont peint un paysage social ambivalent, entre anxiété et tentation des sentiments d’impuissance ou de fatalisme, et vraies mobilisations individuelles et collectives.
D’autre part, le président de la commission a achevé de rédiger sa thèse de doctorat en théologie protestante puis l’a soutenue, ce qui l’a rendu beaucoup moins disponible et a, de fait, mené la commission à travailler à vitesse réduite, cette année. Pour pallier, dans la mesure du possible, cette difficulté, la commission s’est constituée en deux sous-groupes, l’un consacré au plaidoyer (groupe 1) et l’autre dédié, pour grande part, à la promotion d’Église verte (groupe 2). La commission fut épaulée par un cercle plus large d’invités ou de personnes ressources qui ont contribué ponctuellement, selon les projets.

Composition de la commission

Président : Martin Kopp (UEPAL)
Représentant du conseil de la FPF : pasteure Ruth Wolff-Bonsirven (UEPAL)
Membres de la commission : Marine Dallancé (A Rocha France), Claire Balverde (ADFP, Michée France), Jean-Philippe Barde (EPUdF, Bible et Création), Jean-Pierre Charlemagne (A Rocha France), Coline Eychene (EEUdF), Christophe Hahling (FEEBF), Silvère Lataix (EPUdF, Bible et Création), Romina Sanfourche (FEP), Timothée Wagnon (UFA), Membres de droit : pasteur François Clavairoly, président de la FPF ; pasteur Georges Michel, secrétaire général
Invitée permanente : Isabelle Veillet (EPUdF)

Principales actions menées en 2018

Elena Laside, Martin Kopp, AG 2018

Le plaidoyer auprès de l’État
Cette année, le plaidoyer de la FPF a, à chaque fois, été mené en commun avec d’autres acteurs. La première action d’adresse à l’État s’est faite par voie de presse : François Clavairoly et Martin Kopp ont signé une tribune commune avec 28 autres personnalités publiée dans La Croix le 12 octobre, appelant à un sursaut poli-tique et à la mise en œuvre de changements sans précédents, au vu du rapport du GIEC. Parmi les autres signataires figuraient, par exemple, Anne Hidalgo et Alain Juppé, parmi les élus, Alain Bazot, le président d’UFC-Que choisir, représentant les consommateurs, ou encore Emmanuel Soulias, directeur général d’Enercoop, du côté des acteurs économiques.
La seconde action fut une adresse directe au président de la République Emmanuel Macron, à travers une nouvelle déclaration de la Conférence des responsables de culte en France (CRCF) sur la crise climatique, dont la commission fut à l’initiative. La déclaration 2018 a réaffirmé le contenu de celle de 2015, selon laquelle cette crise est une crise spirituelle et morale, et a apporté de nouveaux éléments de plaidoyer, en phase avec le contexte : la COP24 et l’adoption du Manuel d’application de l’Accord de Paris.

L’accompagnement pour la sensibilisation et l’action des membres
Avec le label Église verte, les institutions chrétiennes en France se sont dotées d’un outil clé pour la conversion écologique des communautés. Basé sur le site : www.egliseverte.org et un réseau, il offre un outil bienveillant et facilitateur qui accompagne la mise en route ou l’approfondissement de l’action.
La commission, dont en particulier son groupe 2, s’est concentrée sur la promotion de cet outil, de diverses manières : représentation de la FPF dans le comité de pilotage œcuménique du label, par deux membres ; présentation lors de l’Assemblée générale de la FPF en janvier ; tenues de plusieurs dizaines de conférences en France par des membres de la commission ; gestion d’une exposition en 6 panneaux montée par la commission et mise à disposition d’Église verte plus largement (au vu de son succès, elle est entre-temps tirée en 5 exemplaires répartis sur différentes régions de France) ; présence en ligne, notamment sur les réseaux sociaux (par exemple, @FPFclimat sur Twitter) ; newsletter spéciale climat ; participation à une célébration œcuménique à Paris le 7 octobre.
Cette première année d’existence du label fut une réussite. On compte 160 communautés labellisées ou en cours de labellisation à ce jour, dont 30 % sont protestantes. Au regard de l’expérience des autres labels de ce type en Europe, c’est un très bon départ. La commission sent que des dynamiques encourageantes se mettent en place sur le terrain, même si la mobilisation est hétérogène selon les lieux et courants.
La commission a en outre continué à alimenter la page « Écologie – Justice climatique » du site de la FPF (notamment lors du Temps pour la création) et à mettre des informations en une du site. Il convient de souligner et saluer à cet endroit le rôle joué par les membres du personnel de la FPF, qui sont invités à la commission et contribuent grandement à son travail. Des membres de la commission sont en outre intervenus dans les médias (de Réforme au Monde des religions, qui a publié un portrait de Robin Sautter, en passant par Le Monde, La Croix ou encore RCF).

La représentation et les liens au niveau européen
La commission a été représentée par son président à l’assemblée du Réseau chrétien environnemental européen (ECEN), qui s’est tenue à Katowice du 6 au 10 octobre. La FPF a pu entrer en contact avec le réseau, faire connaître son travail et présenter le label Église verte en assemblée plénière.

Principaux dossiers traités en 2018

Veille politique et scientifique
La crise écologique en général et le défi cli-matique en particulier sont des domaines où les données, tant scientifiques que politiques, sont en évolution constante et rapide. Les membres de la commission ont effectué un travail de veille, en particulier dans le groupe 1. Cette veille fut nécessaire à la formulation de contenus de plaidoyer pertinents.

Poursuite de la réflexion biblique et théologique
Plusieurs membres de la commission ont participé au colloque du bicentenaire de l’Alliance biblique française, qui se tint à Paris le 17 novembre, et dont le titre était « Terre en péril. Terre en partage. À Bible ouverte ».

Perspectives 2019

L’année 2019 sera une année charnière, avec une nouvelle mandature de la commission. S’il est difficile d’estimer a priori de la dynamique et des initiatives qui se mettront en place à cette occasion, il est certain que les deux sillons principaux, liés au plaidoyer et au label Église verte, demeureront des lieux de travail majeurs.
Martin Kopp, président de la commission